Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

7ème séance

Au cours de la septième séance, le psy m'a interrogée sur le fruit de mes réflexions concernant le ou les point(s) commun(s) entre les situations qui me posent problème.
Je lui ai énoncé ce que j'ai identifié.
Il m'a écoutée faire la liste des points communs, et m'a dit "il y a deux mots qui reviennent systématiquement dans tout ce que vous venez de dire. Ceux sont eux le point commun."
J'ai réfléchi à ce que je venais de dire. Le mot "peur" revient systématiquement. J'ai peur.

"Oui, et de quoi avez-vous peur?"
Voyant que je ne trouvais pas, il m'a dit en souriant "le deuxième point commun est tellement évident que vous ne le voyez pas".

Pour m'aider, il m'a posé plusieurs questions issues de ce que je pense être une échelle d'estime de soi.
  Parmitoutes les questions, une m'a frappée : elle demande si je veux "toujours tout réussir". A cela, j'ai répondu non. Le psy a insisté en précisant : "Vous aimez bien réussir?" Oui. "Quand vous faîtes quelque chose, vous êtes juste contente quand vous réussissez ou bien vous voulez que ça réussisse?" Je veux que ça réussisse. "Vous voulez toujours tout réussir?" Oui.

Le résultat de ces quelques questions est que j'ai une bonne estime de moi. Je n'ai pas peur de "moi". Je n'ai pas de problème avec moi.

Les deuxième mot-clé est "les autres". J'ai peur des "autres". Je n'ai pas de problème avec moi-même, mais avec les autres.
C'était tellement évident...
C'est une phobie sociale : peur de l'autre.

Le psy m'a dit que ce que nous venions de faire était très important. Le fait que j'ai identifié tout de suite le mot "peur" est une grande avancée, alors qu'il me paraît tellement évident. Peut-être que certains patients mettent longtemps à prendre conscience ou à reconnaître qu'ils ont peur.
Il m'a posé d'autres questions pour identifier plus précisément de qui j'ai peur : femmes, hommes, de mon âge, plus âgé, plus jeune, inconnus, connus.

Cette étape l'a rendu, comme à son habitude, très enthousiaste au sujet de l'avancée et de l'issue de la thérapie.
Il m'a invitée à réfléchir à pourquoi j'ai peur des autres. Il a dit que nous avions déjà évoqué quelque chose qui pouvait être une réponse, mais qu'il ne voulait pas m'influencer.

Lien permanent 0 com' Catégories : Phobie sociale, Thérapie : les séances

Écrire un commentaire

Optionnel