Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Post-apo

walking-dead-photo.jpg

 

En ce moment, je regarde la série The Walking Dead.

Depuis toujours, les scénarios de fin du monde me fascinent. Se retrouver enfin débarrassée de toutes ces choses anxiogènes qui font notre quotidien et ne plus avoir qu'une seule préoccupation : survivre.
Dans mes périodes les plus sombres, il m'est arrivé de penser que si l'apocalypse zombie se produisait, quel soulagement ce serait que de ne plus avoir à se forcer à aller à des soirées auxquelles on n'a pas envie d'aller, de ne plus avoir à gérer son argent, ni même à en gagner, de ne plus avoir à supporter le regard des autres, de ne plus avoir à craindre les autres, leurs réactions, parce qu'ils sont décidément bien compliqués et de ne plus avoir à subir leurs choix en matière de politique.
En tous cas, ne plus avoir à s'angoisser pour ces choses.
Mais pour survivre dans un monde post-apocalyptique, il faut trouver d'autres humains et garder vivants ceux qu'on a déjà avec nous. Et cela implique du relationnel.

Dans The Walking Dead, Rick Grimes, le personnage principal, a lui aussi des difficultés de communication. Sa femme lui reproche son incapacité à communiquer et lui demande régulièrement de lui parler "Talk to me, talk to me !".
Quand les choses tournent mal, Rick fait comprendre à sa femme qu'il n'est plus temps de discuter.
Et puis le temps passe et ils survivent et les discussions et les conflits reviennent en avant-plan.
Les zombies ne font pas tout.
Et d'ailleurs, dans les histoires d'apocalypse zombie, les zombies ne sont pas le plus gros problème.

Lien permanent 0 com' Catégories : Manque d'affirmation, Phobie sociale

Écrire un commentaire

Optionnel