Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

9ème séance avec le recul

J'ai rendez-vous dans 2h30 et je ne sais toujours pas ce que je vais raconter au psy.
Ma réponse à la question : "pourquoi vous vous préoccupez-vous du jugement des autres et pourquoi avez vous peur qu'il soit négatif, au lieu de vous en foutre ?" est : "je ne sais pas."
Je ne sais pas.
Je ne sais pas.

A chaque fois que je me suis appliquée à y réfléchir, il s'est opéré comme un bloquage. Comme si le rideau de fer d'un épicier de quartier tombait sous mon nez.
J'ai bien quelques pistes, mais qui ne me conviennent pas plus que ça.
"Éliminez l’impossible, le reste, aussi improbable soit-il, est la vérité" disait Sherlock Holmes.
Soit.

Hypothèse 1:
Les gens ne doivent pas avoir l'occasion de me juger négativement parce qu'ils mettraient à jour l'imposture de ma vie. C'est-à-dire que je suis un imposteur qui n'a rien à faire là où il est. Il est vrai que pour certaines choses, je ne me sens pas à ma place. Mais pas au point d'expliquer la plupart des situations que je vis difficilement. Je ne me sens pas "imposteur". J'ai lu cette notion d'imposture sur des sites traitant des phobies sociales, mais, me concernant, je n'y crois pas plus que ça.

Hypothèse 2, qui ressemble à la 1ère:
Je veux que tout le monde m'aime. Si on ne m'aime pas, je ne peux pas vivre. Comme au fond de moi je sais que je ne mérite pas de vivre parce que j'aurais du mourir à la place de quelqu'un d'autre. Je parle ici de ce que j'ai nommé le "drame originel", qui d'après mon psy, n'est pas originel. D'après lui, j'étais phobique sociale avant cela. Il y a 25 ans, quelqu'un de ma famille est mort. Des années plus tard, lors de mon premier épisode dépressif, j'ai attribué mes difficultés à ce drame. J'ai reconstruit ce que j'avais du penser à l'époque des évènements. Mon psy me dit que cette reconstruction n'est pas valide car pas neutre, pas objective, élaborée à la lumière de l'âge adulte. Ce que je pense de cet épisode c'est que je me suis convaincue, faute de soutien psychologique, que j'aurais dû mourir à la place de cette personne. Par conséquent, il me faut prouver continuellement que je mérite de vivre et donc ne doit décevoir personne. Ceci expliquerait pourquoi le jugement négatif des autres me plonge dans un profond sentiment d'insécurité, d'angoisse de mort. Cette hypothèse me paraît tout à fait crédible, quoi qu'en dise mon psy.
[edit du 17 mai 2012 : ce "drame originel" est le décès de ma grande-soeur en 1983 (j'avais 8 ans), tellement tabou à la maison, que je n'osais même pas en parler ici]

Hypothèse 3:
Je n'ai pas d'hypothèse 3. Pourtant, il m'en faut une.
J'ai reparcouru les définitions que j'ai mises en ligne.
Voici ce que j'en retire :

  1. Le phobique social focalise son attention sur ses propres manifestations (autocontrôle) et sur les signes provenant de l’entourage, tentant de repérer les marques de rejet, de critique, aussi minimes ou indirectes soient-elles, puis ruminées pendant des heures, confirmant ses pensées négatives et alimentant la trame des croyances profondes d’infériorité, de manque de valeur ou de dangerosité des rapports humains.

  2. La première est liée à la crainte fondamentale de la phobie sociale, à savoir la peur d’être jugé par le regard d’autrui en raison de la certitude qu’a le sujet de la faiblesse de ses compétences sociales.

  3. Au niveau étiopathogénique, Amies pense que le trouble s’est institué à une période fragile de l’adolescence au cours de laquelle les parents ont renforcé le culte du perfectionnisme et de la "réussite sociale" sans pour autant établir les médiations sécurisantes permettant l’intégration des rôles sociaux indispensables à un adolescent pour devenir adulte. Pour la première fois, la question du développement des habiletés sociales est posée. Il s’agit ici du paradoxe entre des repères rigides de conduite en société imposés par les parents et le déficit dans les compétences sociales enseignées.

  4. ils auraient plus souvent subi des attitudes parentales négatives aversives, insécurisantes. Celles-ci auraient contribué au manque d’assurance.

  5. il faut en fait que le sujet soit certain d'être aimé pour pouvoir s'impliquer dans des relations.

  6. La phobie sociale est généralement un comportement acquis. On peut retrouver des problèmes d'environnement familial renfermé, diminuant ainsi naturellement les expériences de sociabilisation. La phobie devient acquise lors de l'adolescence, parfois suite à un événement traumatisant.

"Croyance profonde d'infériorité" : ce n'est pas vraiment mon cas. J'ai plutôt une bonne image de moi, en tous cas sur le plan professionnel. Peut-être que c'est là que le bas blesse: ça va sur le plan professionnel uniquement. Je n'en suis pas convaincue.

"manque de valeur ou dangerosité des rapports humains" : dangerosité, non, mais manque de valeur, il est vrai que je me suis souvent fait la réflexion. Souvent je ne vois pas l'intérêt d'aller à la rencontre des autres comme le fait mon compagnon.

"la certitude qu’a le sujet de la faiblesse de ses compétences sociales" : non, car cette certitude, je ne l'ai que depuis que je suis en thérapie. Auparavant, il s'agissait plutôt d'un manque d'intérêt, comme dit juste au-dessus.

"le culte du perfectionnisme et de la "réussite sociale" sans pour autant établir les médiations sécurisantes permettant l’intégration des rôles sociaux indispensables à un adolescent pour devenir adulte" : ce n'est pas faux, mais ce n'est pas pour autant que je me reconnais là-dedans. Mes parents ont toujours espéré beaucoup pour mes frères et moi, mais sans pour autant nous mettre la pression, du moins de manière explicite. J'ai eu droit à "tu fais de ton mieux, c'est ce qui compte" et non "tu dois réussir". Par contre, l'absence de médiations sécurisantes etc... me parle. Mes parents n'ont jamais été de grands communicants. Ils m'ont toujours laissée seule face à mes difficultés, que de toutes façons, je n'exposais que si on me posais la question. La question n'a pas souvent été posée.

"paradoxe entre des repères rigides de conduite en société imposés par les parents et le déficit dans les compétences sociales enseignées" : difficile à dire, mais j'ai le sentiment qu'il y a de cela, comme je l'ai dit juste au-dessus. Quand j'y repense, j'ai un peu le sentiment d'avoir été livrée à moi-même, mes parents se sentant peut-être eux-mêmes incompétents socialement n'auraient pas osé me guider.

"subi des attitudes parentales négatives aversives, insécurisantes" : non, ce n'est pas le cas.

"il faut en fait que le sujet soit certain d'être aimé pour pouvoir s'impliquer dans des relations" : oui, c'est tout-à-fait cela, mais cela ne me dit toujours pas pourquoi.

"environnement familial renfermé, diminuant ainsi naturellement les expériences de sociabilisation" : ce n'est pas faux. Mes parents ont toujours eu un réseau social assez pauvre et qui s'est d'ailleurs beaucoup restreint à la suite de décès du drame originel.

"parfois suite à un événement traumatisant" : c'est ce que j'ai dit à mon psy, mais il me dit que le lien n'est pas aussi direct que ce que j'imagine.

Pour finir, en reparcourant la thèse de J Emeriaud, j'ai trouvé différents modèles explicatifs de la phobie sociale, j'ai mis en gras ce qui me parle :

  1. "Les modèles comportementalistes du conditionnement postulent que la phobie sociale repose sur une association apprise entre une situation sociale et un quelconque événement aversif. Ces modèles ont été un certain temps supportés par le fait qu’une grande part des phobiques sociaux se rappelle de nombreux événements de vie sociale traumatisants. Cependant les analyses rétrospectives ont une valeur limitée. De plus, si on peut considérer que le modèle du conditionnement peut être acceptable dans la phobie sociale simple, où une seule à deux situations sociales sont mises en cause, ce modèle ne peut être explicatif de la crainte de la majorité des situations d’interaction sociale dans la phobie sociale généralisée."
  2. "les concepts de dominance et de soumission [...] les places dans la hiérarchie du milieu familial sont bien établies dans la préadolescence. Mais à l’adolescence, les relations avec les pairs bouleversent cet ordre en rendant obligatoire la confrontation à un nouveau système social. Une nouvelle hiérarchie s’établit, se basant sur la vulnérabilité de chacun et l’évaluation des uns par les autres. Cette théorie est confortée par le fait que c’est à l’adolescence justement qu’apparaît la phobie sociale."
  3. "un modèle dans lequel la « mentalité » est préparée biologiquement et implique la tendance à percevoir les groupes sociaux en fonction de hiérarchies « dominants/dominés ». Les rapports entre sujets d’un groupe social sont basés sur l’évaluation et le coping, afin de mener un combat pour sa propre défense.
    Le fonctionnement de ces deux systèmes repose sur des schémas cognitifs qui, pour le phobique social, sont basés sur la hiérarchie, la compétitivité dans les relations sociales et une vision hostile du monde social.
    Au sein de ce fonctionnement, où l’individu doit trouver sa place dans la hiérarchie basée sur le mode dominant/dominé, le phobique social, présentant une hypersensibilité à l’évaluation par autrui, va se centrer sur lui-même dans un but de défense du Moi et va mener une lutte afin d’éviter la perte potentiellement catastrophique de son statut dans la hiérarchie.
    [...]
    En résumé, dans ce modèle, le phobique social, percevant les autres comme hostiles, tente de lutter contre cette évaluation négative en adoptant un comportement soumis ou par l’évitement de toute relation."
  4. "Il existe deux types d’inhibition chez l’enfant : l’inhibition envers les étrangers, stable, elle constitue une dimension continue de la personnalité et correspond à la non-familiarité ; et l’inhibition envers les pairs qui diminuerait dans le temps et correspond à l’inquiétude face à l’évaluation d’autrui produite par les relations avec l’environnement social.
    Les enfants inhibés acquièrent avec le temps un comportement passif caractérisé par de longs temps d’activités solitaires, ce qui est à l’origine de l’apparition du déficit dans les compétences sociales.
    "




  5. "les sujets ayant un haut niveau d’anxiété sociale ont des capacités sociales nettement inférieures à celles des sujets à faible niveau d’anxiété sociale, et cela dans une grande variété de tâches. De faibles performances dans les situations sociales amènent des conséquences négatives, de la gêne, une évaluation négative d’autrui et une détresse psychologique.
    Ce déficit peut avoir deux causes : soit les compétences sociales n’ont jamais été apprises, soit elles ont été apprises mais ne peuvent être mises en oeuvre car inhibées.
    "
  6. "L’assertivité est un concept assez flou, décrivant les comportements verbaux et non verbaux ainsi que les émotions efficaces dans les relations sociales, et qui peut être défini comme « un comportement qui permet à une personne d’agir au mieux dans son intérêt, de défendre son point de vue sans anxiété exagérée, d’exprimer avec sincérité et aisance ses sentiments et d’exercer ses droits sans dénier ceux des autres ». L’assertivité entend un contrôle des émotions, elle est capitale pour pouvoir développer des capacités à avoir des relations sociales.
    Un manque d’assertivité peut avoir été appris dans l’enfance du fait des réactions de l’entourage familial ou social qui ont gelé les sentiments et les émotions ou puni leur libre expression, mais il peut aussi tout simplement être dû à l’absence complète d’apprentissage de la gestion des émotions."
  7. "l’anxiété sociale serait la conséquence de croyances et de pensées dysfonctionnelles, assimilables à la vulnérabilité. Il s’agirait d’une interprétation erronée dans les situations sociales dans lesquelles le sujet phobique social met en avant ses pensées négatives en étant convaincu de son incapacité sociale et persuadé que son comportement va entraîner son rejet de la part d’autrui. Les manifestations somatiques et comportementales de son anxiété sont des signaux d’alarme hypersensibles le poussant, dans un but de survie, à la fuite ou l’évitement. Le pivot de ce trouble est la crainte de l’évaluation négative.
    Les distorsions cognitives dans la phobie sociale sont nombreuses, les principales étant la maximalisation des pensées négatives et de remémoration de situations sociales d’échec, et la minimalisation des situations ou signaux sécurisants de valorisation.
    Ce modèle, dit du « traitement de l’information », postule que les troubles sont dus à l’existence d’un dysfonctionnement cognitif, affectant la manière dont le patient perçoit les événements, à partir de schémas personnels d’une rigidité excessive.
    Trois variables cognitives sont identifiées :

    - Les cognitions ou pensées automatiques : elles représentent le discours intérieur du sujet. Il est courant de les organiser selon ce que l’on nomme la « triade cognitive » :
    • Cognitions sur soi : cognitions d’incapacité ou de défaillance, « je ne suis pas à la hauteur », « je suis trop émotif », « ma voix est trop aiguë quand je suis gêné »... ;
    • Cognitions sur le monde extérieur : cognitions sur les exigences des personnes ou des situations, « ils sont en train d’observer mes mains qui tremblent », « dans ce repas, je dois absolument paraître à l’aise et parler à tout le monde »... ;
    • Cognitions sur le futur : cognitions anticipatoires défaitistes, « si le vendeur m’entend bégayer, il va me prendre pour un idiot », « j’ai rougi en lui disant au revoir, elle ne me réinvitera plus »...
    - Les distorsions cognitives : il s’agit de l’ensemble des mécanismes de traitement de l’information impliqués dans la perception et l’évaluation des événements arrivant au sujet phobique. Il peut s’agir de :
    • L’inférence arbitraire : tirer des conclusions sans preuves, « il me regarde car il me trouve bizarre » ;
    • La personnalisation : ramener systématiquement à soi des éléments d’un situation donnée, « les gens ont ri à mon passage car ils me trouvent ridicule » ;
    • L’abstraction sélective : se focaliser sur un point précis, isolé de son contexte, « à un moment donné de mon exposé, j’ai rougi, les gens ne retiendront que ça » ;
    • La maximalisation du négatif et la minimalisation du positif : tendance à valoriser les informations défavorables et à écarter les favorables, « ils m’ont dit qu’ils avaient passé une très bonne soirée, mais c’est par politesse, j’ai bien vu qu’ils avaient bâillé à la fin » ;
    • Le raisonnement dichotomique : tendance à raisonner en blanc ou noir, « si je rougis, c’est la catastrophe, je dois avoir un self-control total pour m’en sortir » ;
    • La généralisation : tirer des conclusions globales d’une situation isolée ou spécifique, « je n’ai pas osé rentrer dans ce magasin, je suis minable et un pauvre type ».
    - Les schémas cognitifs : il s’agit d’un ensemble de règles personnelles rigides qui vont régir la perception du monde par le phobique social. Les schémas les plus fréquents ont trait à :
    • La soumission pour obtenir approbation et reconnaissance, « je ne dois pas contrarier ou déranger, sinon je serai rejeté » ;
    • La nécessité d’une performance parfaite, « je ne dois pas commettre d’erreur, ni subir de défaillance, sinon cela se retournera immédiatement contre moi » ;
    • L’importance d’un contrôle de l’environnement : « si je ne suis pas attentif aux attitudes des autres, des choses importantes et graves vont m’échapper » ;
    • La vigilance potentiellement hostile d’autrui, « les gens surveillent les attitudes des autres, et jugent négativement les faibles ou les agressent »"

  8. "l’hypothèse selon laquelle l’anxiété sociale résulte de situations réelles ou imaginaires d’une évaluation personnelle faisant intervenir la motivation à faire bonne impression sur les autres. Mais le sujet, doutant des ses capacités sociales, présuppose des réactions d’insatisfaction d’autrui. Cette motivation est le point central du trouble phobie sociale. Le sujet se fixe un standard à atteindre pour obtenir cette bonne impression mais présuppose les réactions d’autrui semblables à l’évaluation qu’il fait de lui-même. C’est ce décalage entre standard fixé et réactions présupposées d’autrui qui détermine le niveau d’anxiété. Non seulement nous retrouvons les pensées négatives du sujet substituées à une évaluation d’autrui, mais le décalage de standard par rapport à la réalité est également source d’échec qui vient alimenter le cercle vicieux du phobique social.
    Face à cet échec le sujet peut soit adopter des buts et une représentation de soi moins élevés mais plus vivables, ce qui est d’autant plus difficile que le trouble est installé, soit il entre dans la spirale du déficit assertif et des compétences sociales aboutissant à la fuite et l’évitement."
  9. en résumé : "Les différents modèles comportementaux et cognitifs apportent chacun des éléments pour expliquer la genèse de la phobie sociale. Ils ne sont en rien contradictoires, mais justement se complètent pour tenter de définir les raisons multifactorielles de vulnérabilité génétique, de déficit des apprentissages sociaux et de manque d’assertivité de ce trouble des relations avec autrui basé sur la crainte de la critique et du rejet des autres.
    La phobie sociale survient sur un terrain biologiquement préparé et se déclenche lors d’une expérience sociale traumatisante (rejet social par exemple) ou d’un épisode de déficit des conduites sociales, en général au début de l’adolescence, période où le sujet est particulièrement vulnérable. Le sujet se construit autour de croyances et de pensées dysfonctionnelles aboutissant à des comportements de sécurité qui, loin d’apaiser l’anxiété, ne font qu’aggraver le trouble. Ces comportements résultent d’une observation anxieuse de soi, de la peur d’être critiqué ou rejeté et de la perception exagérée du danger social."

Finalement, il n'y a rien de tellement plus précis que ce que j'ai déterminé par moi-même.

C'est amusant, je suis en train de réaliser que je me comporte avec le psy comme avec des tas d'autres gens : j'ai peur de le décevoir alors je bosse au maximum le sujet pour qu'il ait un jugement positif sur moi...
 

Écrire un commentaire

Optionnel