Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

La métaphore des deux montagnes

Dans les thérapies ACT, on utilise beaucoup de métaphores. En voici une qui concerne la thérapie elle-même et qui me fait penser à ce qui s'est passé avec le psy que j'ai "quitté".

La métaphore des 2 montagnes :

"Beaucoup de personnes pensent que le thérapeute est un être éclairé qui peut résoudre tous les problèmes. Mais ce n'est pas comme cela que ça se passe. Imaginez que vous escaladiez votre montagne là-bas, et que moi j'escalade la-mienne ici. De là où je suis je peux voir des choses que vous ne pouvez  pas voir, comme un autre chemin que vous pourriez prendre, une avalanche qui va se déclencher.  Si j'étais à votre place  je détesterais penser que le thérapeute a atteint le sommet de sa montagne et qu'il y est assis tranquillement. Le fait est que je grimpe encore, que je fais des erreurs, et que j'en tire des leçons. Nous sommes tous pareils au fond. Nous escaladons chacun notre montagne jusqu'à la fin de notre vie.  L'idée est que vous pouvez être de plus en plus doué pour l'escalade et apprendre de plus en plus à apprécier le voyage."

Commentaires

  • Super blog, dans lequel je me reconnais malheureusement pas mal!

    Mais de vous lire me donne (à nouveau) l'envie,de m'en sortir. Merci...

  • Oups, j'ai oublié, est-ce que je peux mettre le lien du blog sur la page d'un groupe facebook (en rapport avec la phobie sociale evidemment)?

  • Bonne métaphore :)

    Présentement comme je l'ai dit dans une note précédente je suis "en rechute" mais en train de remonter.

    Je connais assez bien les TCC et leur théories, mon problème suite au choc qui a conduit à cette rechute c'était de voir un thérapeute qui saurait m'aider de façon efficace. Je sais qu'avec les troubles anxieux il n'y a que la TCC qui est efficace et j'ai déjà réussi seul avec la TCC à me débarrasser de mon coté dépressif et pessimiste (en 3-5 ans).

    Je n'ai pas assez d'argent pour aller au privé et les "aidants/thérapeutes" au public ne connaisse pas la TCC et les troubles anxieux.

    J'ai alors trouvé une intervenante dans un centre communautaire avec qui je m'entendais bien et je lui enseigne comment m'aider avec la TCC. Je lui apporte des ouvrages à lire afin qu'elle comprennent ou on s'en va.

    Je lui ai dit exactement votre parabole: Je sais ce dont j'ai besoin mais je suis incapable de me voir de façon "neutre" sans biais, ma perception est souvent erroné quand il s’agit de moi. J'ai besoin de quelqu'un pour sur l'autre montagne pour me dire ce qu'il voit. Pour voir les autres c'est plus simple car moins émotif comme rapport, mais me voir moi même je sais que je suis souvent dans les excès.

    J'avais besoin d'un "coach" pour me dire "ou je suis", "ou je suis rendu" dans la montagne, c'est très étrange comme démarche mais ça fonctionne et j'avance.

    Et je suis conscient que je lui apporte aussi beaucoup sur ma montagne... ;-)

Écrire un commentaire

Optionnel